Sofia si veste sempre di nero

Finalista Premio Strega 2013. « Sofia si veste sempre di nero » è la nuova prova narrativa di Paolo Cognetti, autore di « Manuale per ragazze di successo » e « Una cosa piccola che sta per esplodere ». Nei suoi racconti, cesellati con la finezza di Carver e Salinger, Cognetti ha saputo rappresentare con sorprendente intensità l’universo femminile. Ed è ancora una donna la protagonista del suo nuovo libro, un romanzo composto da dieci racconti autonomi che la accompagnano lungo trent’anni di storia: dall’infanzia in una famiglia borghese apparentemente normale, ma percorsa da sotterranee tensioni, all’adolescenza tormentata da disturbi psicologici, alla liberatoria scoperta del sesso e della passione per il teatro, al momento della maturità e dei bilanci. Con la sua scrittura precisa e intensa, Cognetti ci regala il ritratto di una donna torbida e inquieta, capace di sopravvivere alle proprie nevrosi e di sfruttare improvvisi attimi di illuminazione fino a trovare, faticosamente, la propria strada.

 

Ce premier roman de l’écrivain Paolo Cognetti, publié un an avant «Le garçon sauvage» en 2012 (après deux recueils de nouvelles non traduits en français), traduit en 2013 par Nathalie Bauer pour les éditions Liana Levi, évoque l’existence de Sofia Muratore  sur trois décennies et en dix chapitres composant en dix nouvelles les morceaux épars d’un puzzle ; sa naissance compliquée, comparée par la sage-femme au départ d’un navire pour la guerre, le moment de plénitude de son enfance, sa rébellion contre les déchirements de ses parents et contre elle-même, l’abîme de son adolescence, ses relations amoureuses et ses amitiés, son amour du théâtre, qui la conduira à Rome et enfin à New-York.

Fille unique d’une famille petite-bourgeoise, Sofia grandit à Lagobello, village résidentiel récemment fondé par des promoteurs à une demi-heure de Milan, ses parents ayant décidé de se mettre au vert pour cesser de s’entre-déchirer et avoir le sentiment de tout recommencer. Elle finira par détester ce cadre «idyllique» pour les jeux d’enfant, en particulier les combats de pirates, ghetto confortable à l’ambiance viciée par une mère dépressive et cloîtrée dans sa chambre et par un père trop absent, ingénieur mécanicien chez Alfa Romeo absorbé par sa fascination pour l’usine.

«Elle racontera que sa vie de garçon manqué, sa vie de fraternité avec les garçons a débuté là, lors des assauts à l’arme blanche, tandis qu’elle dévalait le flanc de la colline derrière Oscar, rassemblait tout son courage pour le conquérir et se prenait pour sa maîtresse pirate, comme Anne Bonny ou Mary Read avec Calico Jack Rackham.
Autour d’eux, Lagobello traverse l’époque unique de la fondation. Les couples de mariés constituent ses colons, les agents immobiliers ses chantres.»

Sofia si vestreAdolescente naufragée, sauvée de l’abîme par sa tante, ex-militante des brigades rouges, solitaire endurcie, fumeuse à l’appétit de moineau, combattante protégée par sa carapace de vêtements noirs, tour à tour irritante et irrésistible, lumineuse quand elle montera finalement sur les planches, Sofia, «dont le foyer idéal est un espace interstellaire ou rien, pas même un fragment d’astéroïde, n’entrerait en collision avec elle», réussit à avancer tant bien que mal dans une existence dont les dimensions chaotique et changeante sont subtilement restituées par la narration en mosaïque.

«Tu promènes tes identités telles de petites sœurs bagarreuses, l’une tirant pour se précipiter vers l’avant, l’autre s’arc-boutant.»

Les dix chapitres composés comme des nouvelles, la galerie de personnages qui peuplent l’univers de Sofia et les expériences qui façonnent son caractère permettent à Paolo Cognetti d’esquisser les traits du caractère et les failles de Sofia, et les mutations de l’Italie des années 1970 à 2000, les blessures douloureuses des années de plomb, la grandeur et le déclin de l’industrie italienne, comme un écho au «D’Acier» de Silvia Avallone, la croissance des banlieues pavillonnaires et le cloisonnement d’une société de plus en plus individualiste.

 

 

 

Feuilleter le livre

https://www.fnac.com/a6397378/Litterature-generale-Sofia-s-habille-toujours-en-noir-Nathalie-Bauer

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Le coin du bon sens |
Espritlibre07 défi 2018 |
ANDERNOS NEWS et FAKE NEWS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus